Bulletin d’information – 28 mars.

Bonne lecture et bon congé de Päques.

 

Ce soir !

Enquêtes sur Radio-Canada

jeudi 21 hres

Retour sur la violente manifestation de Victoriaville, le printemps dernier, qui a fait trois blessés graves et des images révélatrices de l’opération policière.

 

 

FNEEQ-CSN – Carnets

Numéro 28 – Hiver 2013

Des copies imprimées sont disponibles au local du Syndicat.

Lien

 

Pétition – Non au saccage de l’assurance-emploi

Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi

http://www.csn.qc.ca/web/csn/assurance-emploi

http://www.nonausaccage.com/

Pour de plus amples informations sur la procédure à suivre pour acheminer cette pétition (en fichiers attachés) :

http://www.csn.qc.ca/web/csn/petition-assurance-emploi

 

Pétition – Coupes annoncées à l’aide sociale

Lien vers la pétition électronique Abandon des coupes annoncées à l’aide sociale sur le site de l’Assemblée nationale – Date limite 13 avril 2013 :

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-3619/index.html

Pour de plus amples informations

Lien vers le site du Front commun des personnes assistées sociales :

http://www.fcpasq.qc.ca/

Lien vers le site de L’R des centres de femmes du Québec :

http://www.rcentres.qc.ca/public/2013/03/en-lutte-contre-les-coupures-a-laide-sociale.html

 

Aide sociale – Critiques sévères au projet de la ministre Maltais

La protectrice du citoyen s’inquiète de l’impact des changements à l’aide sociale

28 mars

Irréalistes et inadéquats. Dans leur facture actuelle, les changements proposés à l’aide sociale par la ministre Agnès Maltais risquent d’aggraver la situation fragile des prestataires de 55 ans et des toxicomanes.

Le Devoir

 

Coupures à l’aide sociale : épopée péquiste d’un mépris envers les plus pauvres

26 mars

Depuis le 27 février dernier, la lutte contre les coupures à l’aide sociale se mène par les groupes de défense de droits des personnes assistées sociales et leurs allié-e-s.

Les pires coupures des dix dernières années, des coupures qui dégagent une forte odeur de mépris envers les plus pauvres. Des coupures pourtant mises de l’avant par le Parti Québécois, ce supposé parti progressiste prêt à servir les intérêts des plus pauvres et de la classe moyenne.

Presse-toi à gauche !

 

Non au saccage de l’assurance-emploi

26 mars

De nombreuses actions se tiendront cette semaine partout au Québec afin de protester contre le saccage de l’assurance-emploi. Ces mobilisations font partie du plan de mobilisation de la Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi, qui accueille par ailleurs deux nouveaux membres.

Presse-toi à gauche !

 

Forum social mondial 2013

Cette année, le FSM se tiendra à Tunis, lieu d’éclosion du printemps arabe, du 26 au 30 mars. Un forum syndical aura lieu le 25 mars auquel la CSN et la FNEEQ prendront part.

http://www.fneeq.qc.ca/fr/accueil/Forum-social-mondial/

Page facebook de la FNEEQ

 

Forum social de Tunis – Presse-toi à gauche offrira une couverture quotidienne

28mars

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au 31 mars, Presse-toi à gauche compte offrir à ses lectrices et lecteurs la couverture la plus complète possible des discussions et actions qui auront lieu dans le cadre des activités du Forum social de Tunis qui se tient du 26 au 30 mars.

Presse-toi à gauche !

 

Le printemps érable en Tunisie

25 mars

L’écho du printemps érable québécois se fera entendra jusqu’à Tunis au cours des prochains jours, à l’occasion de la tenue du 10e Forum social mondial. Une délégation de près de 200 Québécois est arrivée en Tunisie pour se joindre aux quelque 70 000 participants du Forum, le haut lieu de convergence des altermondialistes. Au cours d’un atelier sur l’éducation, des représentants de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) discuteront de la crise sociale qu’a vécue le Québec au printemps dernier.

Le Devoir

 

Pétition – Enquête publique sur la violence policière

Ensemble, exigeons une commission d’enquête publique sur la violence policière de 2012

Lien pour procéder à la signature de la pétition électronique :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Ensemble_exigeons_une_commission_denquete_publique_sur_la_violence_policiere_de_2012

Lien vers la page Facebook :

https://www.facebook.com/Pouruneenquetepublique?ref=stream

 

Règlement P-6 – Un itinéraire pour la vigile de vendredi

28 mars

Avec ou sans itinéraire? La «vigile silencieuse et pacifique à la chandelle contre la brutalité policière» qui aura lieu vendredi à la place des Festivals, à Montréal, a désormais son itinéraire, qui a été fourni mercredi au Service de police de la Ville de Montréal.

Le Devoir

 

Manifs: le ministre St-Arnaud invite ses collègues à la prudence

26 mars

Le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, invite ses collègues à faire preuve «d’une extrême prudence» avant de commenter le règlement municipal P-6 de Montréal, qui exige que les manifestants dévoilent leur itinéraire à l’avance.

La Presse

 

Manifestations: Lisée favorable à la divulgation des itinéraires

26 mars

Le ministre responsable de la région montréalaise, Jean-François Lisée, s’est prononcé mardi en faveur du maintien des règlements municipaux qui obligent les manifestants à dévoiler leur itinéraire à la police à Montréal et à Québec.

La Presse

 

La liberté de manifester existe. le P-6 par contre, ne devrait pas.

26 mars

« Le (sic) Charte [des droits et libertés] protège le droit d’expression, mais il n’y pas de droit de manifestation » – Sergent Jean-Bruno Latour, porte-parole du SPVM, 23 mars 2013, La Presse [1]

Cette déclaration n’émane pas d’un général en Corée du Nord. Elle ne date pas non plus du début du 20e siècle. Cette déclaration, qui vient d’un porte-parole officiel du Service de Police de la Ville de Montréal, a été faite il y a deux jours et rapportée dans les pages de la Presse.

Presse-toi à gauche !

 

Aux kidnappeurs de rêves collectifs

26 mars

Texte lu pendant la vigile pour une enquête publique et indépendante sur les interventions policières.

Presse-toi à gauche !

 

Arrestations de masse – Québec solidaire demande l’intervention du gouvernement

Les organisateurs de la manifestation se disent victimes d’intimidation

25 mars

L’application d’un règlement municipal ne devrait pas avoir préséance sur la Charte québécoise des droits et libertés, a plaidé samedi Québec solidaire, qui dénonce vertement l’arrestation de masse survenue vendredi soir, alors que plus de 200 manifestants ont été interpellés dès les premières minutes d’une manifestation organisée à Montréal.

Le Devoir

 

Un prix pour Nadeau-Dubois

25 mars

Gatineau — Le prix Impératif français décerné par l’organisme du même nom est accordé cette année à Gabriel Nadeau-Dubois, le coporte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante durant le « printemps érable ». Le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, explique que Gabriel Nadeau-Dubois est récompensé, entre autres choses, pour son engagement à défendre une accessibilité élargie à l’éducation postsecondaire, et sa contribution à l’éveil social et politique de la société québécoise.

Le Devoir

 

Un plan d’action pour l’ASSE

25 mars

Le plus radical des regroupements étudiants, l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), n’abandonne pas sa lutte pour la gratuité scolaire et se dotera d’un plan d’action stratégique le 6 avril dans le cadre d’un congrès à Québec. La coporte-parole de l’ASSE, Blandine Parchemal, indique que les associations membres procèdent actuellement à des votes pour définir la stratégie à suivre au cours des prochaines semaines. Mme Parchemal n’écarte aucun moyen de pression, que ce soit des manifestations, des débrayages occasionnels et même une grève générale illimitée à plus long terme.

Le Devoir

 

Le printemps en plein visage

23 mars

Assis dans un divan du café Aquin de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Maxence L. Valade, qui a perdu un oeil lors de l’émeute de Victoriaville en mai dernier, me fixe de son regard énigmatique. Il se méfie des médias et encore plus des policiers, envers qui il est sans pitié. « C’est pas Victoriaville qui a changé quelque chose à ma rage contre la police et le système, c’est arrivé hasardeusement que c’était moi. Ç’aurait pu être un de mes camarades, ç’aurait pu être une autre personne. Et j’aurais eu beaucoup de rage, comme j’en ai présentement, comme j’en avais avant et comme je vais en avoir probablement pour le restant de mes jours », dit-il.

Le Devoir

 

Manifestation du 22 mars – Les policiers coupent court à la commémoration

23 mars

Le rassemblement visant à souligner le premier anniversaire de la première manifestation contre la hausse des droits de scolarité du gouvernement Charest a rapidement été dispersé vendredi par les policiers, et environ deux cents personnes ont été interpellées, y compris le célèbre Anarchopanda.

Le Devoir

 

Menottes, infractions, etc.

23 mars

Multiplication des injonctions, poursuites criminelles et constats d’infraction… Le printemps dernier a vu éclore bon nombre de procédures qui ont laissé leurs traces, encore visibles aujourd’hui, sur le système judiciaire. Si la loi 78, la loi spéciale adoptée le 18 mai, a été abrogée par les péquistes lorsqu’ils ont pris le pouvoir, d’autres règlements ont vu le jour pendant le conflit étudiant.

Le Devoir

 

La démocratie version Anarchopanda

23 mars

Mardi, dans le petit café où il raconte en quoi le conflit étudiant l’a marqué, « Anarchopanda pour la gratuité scolaire » est nu. Nu au sens « mascotte » du terme. C’est-à-dire dépourvu de ses atours toutous portés par « tactique symbolique » pendant le conflit étudiant, et jusqu’à vendredi où il fut arrêté. C’était pour pointer l’absurde d’un règlement antimasque non appliqué pour un panda géant distribuant les câlins, mais appliqué avec rigueur pour tous ceux qui se couvraient le visage autrement.

Le Devoir

 

Arrestations de masse: Québec solidaire interpelle Marois

23 mars

L’application d’un règlement municipal ne devrait pas avoir préséance sur les chartes canadienne et québécoise des droits et libertés, a plaidé Québec solidaire, samedi. La formation politique dénonce vertement l’arrestation de masse survenue vendredi soir, alors que plus de 200 protestataires ont été interpellés dès les premières minutes d’une manifestation organisée à Montréal.

La Presse

 

Une étudiante blessée lors d’une manif veut poursuivre les autorités

23 mars

Une étudiante de Québec blessée gravement au visage lors de la manifestation étudiante de Victoriaville, le 4 mai 2012, envisage sérieusement de poursuivre le procureur général du Québec et la Sûreté du Québec (SQ) dans le cadre d’un recours civil, pour utilisation abusive de la force.

La Presse

 

Les livres de la grève

23 mars

Qu’ils aient été acteurs ou observateurs de la grève, plusieurs ont senti le besoin de transposer en livres une mémoire de ces mois d’intensité sociale inhabituelle. À commencer par notre photoreporter Jacques Nadeau : l’été n’était pas terminé que déjà, dans Carré rouge (Fides, août 2012), il racontait en photos et par des réflexions citoyennes les émotions vives d’un conflit qu’il a scruté jour et nuit en suivant les acteurs de la grève.

Cette semaine seulement, deux petits nouveaux se sont ajoutés aux rayons des librairies : Le printemps québécois. Une anthologie (Écosociété, mars 2013) et De l’école à la rue. Dans les coulisses de la grève étudiante (Écosociété, mars 2013), par Renaud St-Pierre et Philippe Éthier.

Le Devoir

 

Inspiration printanière

23 mars

C’était une référence à la fabrique de Mai 68, l’École de la montagne rouge a été créée au tout début du mouvement de grève par des étudiants du Département de design graphique de l’UQAM. Le documentariste et producteur Maël Demarcy les a suivis dès leurs balbutiements jusqu’à leur mort autoproclamée, le 7 septembre 2012.« Je faisais une maîtrise en cinéma et j’ai tout de suite été tenté de faire un film pour poser une mémoire sur eux. J’ai pensé que c’était important qu’on laisse une empreinte visuelle de leur façon de penser », explique-t-il.

Le Devoir

 

Ce qu’il reste du printemps étudiant

Douze traces laissées par le conflit

23 mars

Sur les visages, dans les esprits, dans la rue. En mots, en images, en émotions. Empreintes physiques ou intangibles, le printemps étudiant a marqué un tournant dans la société québécoise. Pour le meilleur et pour le pire.

Le Devoir

 

Ce qu’il reste du printemps étudiant

23 mars

Manifester, ça permet de se serrer les coudes ! Avec ou sans casserole à la main, nombre de citoyens ont tissé des liens qui restent, même si dans les rues le tumulte s’est tu. Cette semaine, quelques « mères en colère et solidaires » se tenaient les coudes sous les flocons reblanchissant Montréal pour dire leur indignation persistante devant les agissements des policiers de 2012. Elles se voient encore et sont toujours actives.

Le Devoir

 

Des associations étudiantes à sec

23 mars

Début février, le journal étudiant Montréal Campus dévoilait l’un des effets concrets d’une année de lutte menée contre la hausse des droits de scolarité, les coffres de certaines associations étudiantes se retrouvant désastreusement à sec.

Le Devoir

 

L’«événement» québécois à l’étude

23 mars

À la session dernière, les étudiants de l’Université Laval ont vu apparaître dans la liste des choix de cours le SOC-2116 Question spéciale de sociologie II : le printemps québécois. Une trentaine de curieux, plusieurs encore tout empreints d’un conflit dont ils avaient été, sinon les acteurs, du moins les spectateurs, ont participé aux cours-conférences. « Pourquoi, en 2012, un conflit qui porte au départ sur un enjeu traditionnel dans l’histoire des luttes étudiantes au Québec a-t-il déclenché un mouvement social d’une telle ampleur et en quoi et jusqu’où ce dernier transforme-t-il notre réalité collective ? »

Le Devoir

Bulletin d’information – 16 mars.

Voici des suggestions de lecture pour cette semaine.

N’oubliez pas de visiter notre page facebook.

 

Manifestation contre la brutalité policière – Au moins 200 arrestations
16 mars
La 17e manifestation contre la brutalité policière ressemblait plus au jeu du chat et de la souris entre les policiers qui voulaient disperser les manifestants et ces derniers qui voulaient se rassembler pour parcourir le centre-ville, vendredi après-midi.
Le Devoir

260 arrestations à la manif contre la brutalité policière: «sabotage» ou réussite?
16 mars
Policiers et manifestants ont une vision bien différente de la manifestation contre la brutalité policière de vendredi soir, au cours de laquelle 260 personnes ont été arrêtées.
La Presse

Aide sociale – Maltais change de ton
14 mars
Les gens qui ne sont pas capables de travailler méritent d’être considérés comme tels et ne devraient pas seulement recevoir 604 $ par mois
Changement de ton à la Solidarité sociale : sous un tollé de protestations qu’elle associe à des craintes légitimes, la ministre Agnès Maltais s’engage à ce que les changements apportés à l’aide sociale permettent de corriger d’importants vices du système. Elle compte identifier les inaptes au travail ciblés à tort et sans succès par des mesures de retour à l’emploi.
Le Devoir

Des étudiants contestent leurs constats d’infraction
14 mars
Des étudiants de Sherbrooke qui ont écopé de constats d’infraction au Code de la sécurité routière dans le cadre des manifestations du printemps 2012, contestent l’infraction qui leur est reprochée.
Le Journal de Montréal

Pas de quorum « moral » à l’AFESPED
11 mars
La présidente de la FEUQ, Martine Desjardins, croit que les quorums moraux peuvent nuire à l’image de la démocratie étudiante.Compte tenu du nombre de ­critiques, ­l’Association facultaire ­étudiante de science politique et droit (AFESPED) de l’UQAM a rejeté, hier, la proposition visant à faire adopter un quorum « moral », ce qui aurait permis à un petit nombre de militants de prendre des décisions pour ­l’ensemble de l’association étudiante.
Le Journal de Montréal

 

Suggestion de Bertrand Guibord

Pétition : Abandon des coupes annoncées à l’aide sociale
Site du gouvernement

 

Suggestion de Martin Jalbert

Bloquons la hausse : bilan d’une campagne stratégique
par Anna Kruzynski.
En réaction à la suggestion de la semaine dernière de Charles Lemieux.
à la différence de Pierre Mouterde, Anna Kruzynski soutient que la décision de boycotter le Sommet par l’ASSÉ a été la bonne. Elle oppose deux types de liens possibles entre les acteurs d’une même lutte : l’action unitaire et l’action fondée sur le principe de la diversité des tactiques (qu’elle défend ici).
Lire l’article

 

Sugestions de Charles Lemieux

Ensemble, exigeons une commission d’enquête publique sur la violence policière de 2012
En suivi à la lettre de la Ligue publiée dans le dernier BIS.
Lire l’article

12 heures de vigile pour une demande d’enquête
Page facebook

Dérives
Et pour bien se rappeler cette violence policière dont plusieurs d’entre nous avons été et sommes encore témoins, car elle  s’exerce toujours  sous le « nouveau » gouvernement du PQ, un lien vers la production de 99média, « Dérives ».
Voir la vidéo

Bulletin d’information hebdomadaire – 10 mars.

Voici des suggestions de lecture pour cette semaine.

N’oubliez pas de visiter notre page facebook.
Assurance-emploi: vers une «cascade» de manifestations au Québec
4 mars
Une coalition québécoise d’organisations qui s’opposent à la réforme de l’assurance-emploi promet une cascade de manifestations dans toutes les régions du Québec, suivie d’un rassemblement le 4 avril.
Lire l’article – Le Devoir

 

Suggestions de Charles Lemieux

Investig’action
Investig’Action, c’est le collectif qui anime le site michelcollon.info. Notre newsletter vous propose chaque semaine des articles venus du monde entier, des vidéos à contre-courant et aussi des test – médias vous aidant à décoder l’info. La voix de ceux qu’on n’entend pas dans les médias traditionnels. La voix des sans-voix.
Visitez le site

SOMMET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : ERREUR TACTIQUE ?
On dit que la science n’est rien d’autre qu’une « série d’erreurs rectifiées » et que sa richesse provient de son aptitude à tenir compte de ses erreurs pour échapper aux illusions passées et ainsi s’approcher un peu plus du vrai. On aimerait qu’il en soit de même pour cet art qu’est la politique et auquel les diverses associations étudiantes ont dû recourir tant de fois ces derniers mois : parfois avec beaucoup de bonheur, parfois moins.
Lire l’article – Presse gauche

 

Suggestions de Bertrand Guibord

Les enseignants à contrat dans la mire d’Ottawa
22 février
La mise en œuvre de la réforme de l’assurance-emploi du gouvernement Harper suscite une vive grogne depuis le début de l’année. Les changements touchent même les enseignants à contrat.
Le cœur du débat porte sur la création de trois catégories de chômeurs. Selon les nouvelles règles, ils devront accepter des emplois offrant de 70 à 90% de leur salaire habituel dans un rayon de 100 kilomètres de chez eux. Ottawa peut aussi les pousser à assister à des formations.
Lire l’article – Canoe

Bulletin d’information hedomadaire – 1er mars.

Après le Sommet sur l’enseignement supérieur : voici une sélection d’articles parus cette semaine.

Bonne lecture.

 

Communiqués FNEEQ

 

Entre déception et volonté d’avancer

26 février

Au sortir du Sommet sur l’enseignement supérieur tenu à Montréal hier et aujourd’hui, Caroline Senneville, présidente, et Sylvain Marois, vice-président de la FNEEQ, ont tenu à déplorer la décision du gouvernement d’aller de l’avant et d’imposer une indexation des frais de scolarité de 3 %.

 

La CSN regrette l’absence de consensus sur les droits de scolarité

26 février

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, il est tout à fait regrettable que l’on sorte de ce Sommet sur l’éducation supérieure sans un consensus sur les droits de scolarité.

 

 

Site du MELS : le compte rendu du Sommet sur l’enseignement supérieur

 

 

Médias

 

Le Sommet sur l’enseignement supérieur sera-t-il profitable à long terme?

28 février

Débat du jour, LaPresse.

 

Indexation: un «coup dur» pour les jeunes péquistes

28 février

L’issue du Sommet sur l’enseignement supérieur de Pierre Duchesne est un «revers» qui «laisse un goût amer» aux jeunes péquistes.

C’est ce que l’état-major de l’aile jeunesse a écrit dans une lettre à ses militants publiée sur son site internet mercredi soir.

 

Bilan du Sommet sur l’enseignement: les universités gardent espoir

28 février

Le Sommet sur l’enseignement supérieur a beau être terminé, les universités québécoises tentent toujours d’échapper aux compressions de 250 millions$ sur deux ans décrétées par le gouvernement Marois.

 

Les cégeps sont surpris de leurs gains

«C’est la course du marathonien qui part en arrière du peloton! », illustre le président-directeur général de la Fédération des cégeps

28 février

Ils n’étaient pas au coeur des rencontres pré-Sommet sur l’enseignement supérieur et rien ne laissait présager qu’ils allaient finalement ressortir gagnants à cette grand-messe qui s’est tenue en début de semaine. Sans tout rafler, les cégeps repartent avec un chantier de travail, où seront discutées des questions cruciales pour le réseau, notamment l’offre de formation au collégial. «C’est la course du marathonien qui part en arrière du peloton!», illustre le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne. Il se réjouit de la «profession de foi» envers les cégeps qu’a livrée la première ministre Pauline Marois et identifie sept mesures qui donneront un bon coup de main au réseau.

La Fédération nationale des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), qui représente la majorité des profs de cégep, s’est aussi dite «surprise» de l’ampleur des propositions qui concernaient les cégeps. «Il y a eu beaucoup de choses intéressantes pour nous», a noté Caroline Senneville, présidente de la FNEEQ-CSN.

 

L’appel de l’ASSE à manifester a été entendu

27 février

La manifestation organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) a réuni plusieurs milliers de personnes, mardi après-midi, au centre-ville de Montréal. Si elle a débuté dans le calme, elle s’est terminée dans le désordre, car les policiers ont chargé la foule après avoir reçu des projectiles.

 

Fin du Sommet sur l’enseignement supérieur – Vers le printemps des réformes

27 février

Sortie de crise sur fond de mésentente. Malgré la colère des étudiants, Québec maintient son indexation de 3 %, mais crée tout de même un sentiment de satisfaction en reportant dans cinq chantiers de travail des réformes majeures.

« La crise sociale est derrière nous », s’est félicitée la première ministre Pauline Marois dans son discours de la clôture du Sommet sur l’enseignement supérieur qui se tenait lundi et mardi à Montréal. « Il n’y a pas de perdants ici aujourd’hui », a-t-elle ajouté.

 

Cinq chantiers pour autant de réformes

27 février

C’est à des promesses de réforme de l’enseignement supérieur que s’accrochaient mardi plusieurs des réactions de satisfaction en toute fin du Sommet sur l’enseignement supérieur. Avec cinq chantiers de travail, le gouvernement Marois amorce des changements possibles, en répondant du coup à des demandes et des critiques formulées en cours de consultation.

 

Les cinq chantiers de l’enseignement supérieur

27 février

Cinq chantiers de travail sont mis sur pied. Ils devront faire des recommandations au gouvernement.

1) Mandat: élaborer les grandes lignes d’une loi-cadre sur les universités.

2) Mandat: définir le mandat et la composition du futur Conseil national des universités.

3) Mandat: revoir l’offre de formation au collégial, assurer l’accès aux cégeps partout au Québec ainsi que leur viabilité en région.

4) Mandat: revoir la formule de financement des universités, incluant la question des frais institutionnels obligatoires.

5) Mandat: mettre en place un chantier avec la collaboration des étudiants pour bonifier l’aide financière aux études.

 

Sommet sur l’éducation: les étudiants ne décolèrent pas

27 février

Les étudiants ne décolèrent pas à l’issue du Sommet sur l’enseignement supérieur. Même si la hausse annoncée est de 3 % , celle-ci ne passe pas.

 

Sommet sur l’enseignement – «La crise sociale est derrière nous», soutient Marois

26 février

Malgré les déceptions ici et là, surtout chez les étudiants qui doivent avaler une indexation des droits de scolarité, … les droits de scolarité seront indexés de 3 %, en accord avec la croissance du revenu des familles, dès l’automne 2013, ce qui a provoqué un vif mécontentement chez les groupes étudiants, particulièrement la FEUQ.

 

Droits de scolarité : Québec imposera l’indexation

26 février

« L’indexation mesurée à la croissance du revenu disponible des familles constitue une proposition responsable, raisonnable, juste. Ça l’est pour les universités, ça l’est pour les étudiants, ça l’est pour les Québécois. » — Pauline Marois, première ministre du Québec

 

«La crise sociale est derrière nous», affirme Pauline Marois

26 février

Faute de consensus, le gouvernement Marois a tranché: les droits de scolarité seront indexés de 3% par année, comme il le souhaitait. Malgré leur déception, les fédérations étudiantes se résignent.

Bulletin d’information hebdomadaire – 22 février

Bonjour,

On parle beaucoup du Sommet dans les médias encore cette semaine à quelques jours de sa tenue. Nous avons tenté de diviser les actualités des derniers jours en sections par thèmes : le Sommet – déclaration du gouvernement, les communiqués officiels de la  FNEEQ, la position des syndicats étudiants, le droit de grève étudiant, les opinions ou inquiétudes des universités et une dernière section sur le monde de l’éducation en général.

Si vous trouvez un article, une nouvelle ou une information qui pourrait intéresser l’ensemble de nos membres, n’hésitez pas à nous le soumettre. Tous les points de vue sont acceptés, l’idée est d’alimenter nos réflexions.

Vous trouverez sur notre site internet une version PDF de nos statuts et de nos règles de fonctionnement.

N’oubliez pas de surveiller notre page facebook

Bonne lecture et bon début de session !

Michel Haworth
Conseiller aux communications
SPCMV

 

Le Sommet sur l’enseignement supérieur

Sommet sur l’enseignement : les principaux thèmes dévoilés
22 février
Le gouvernement Marois bâtit son sommet autour de quatre principaux thèmes :
• la qualité de l’enseignement et la gouvernance ;
• la recherche ;
• l’évolution du financement ;
• la stratégie visant l’accessibilité.

Sommet sur l’enseignement: Québec ouvre un peu son jeu
21 février
Oui à la création d’un Conseil des universités, des scénarios d’indexation des droits de scolarité et une estimation du coût de la gratuité scolaire atteignant près de 1 milliard de dollars… Le gouvernement Marois ouvrira un peu son jeu, jeudi, lorsqu’il dévoilera le «cahier du participant» en vue du Sommet sur l’enseignement supérieur de lundi et mardi.

Québec met la table pour le Sommet sur l’enseignement supérieur
21 février
Le gouvernement du Québec discutera lors du Sommet sur l’enseignement supérieur d’un projet de loi sur le système universitaire, visant à souligner son engagement solennel envers l’enseignement supérieur. Il mettra aussi au jeu la création d’un Conseil national des universités, destiné à veiller à la qualité du réseau et à son développement cohérent.

Vers un financement conditionnel
22 février
Le gouvernement Marois met au jeu l’idée de soumettre le réinvestissement des universités «à l’atteinte de certains objectifs»

Sommet sur l’enseignement: le réinvestissement sera conditionnel
21 février
Le gouvernement Marois veut que le réinvestissement qu’il a promis aux universités soit conditionnel à l’atteinte de «certains objectifs», sans préciser lesquels pour le moment.

 

Communiqués FNEEQ

Une large Coalition de groupes sociaux en faveur de la gratuité scolaire – du primaire à l’université !
21 février
La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, composée de 140 groupes communautaires, syndicaux, féministes et populaires de différentes régions se positionne en faveur de la gratuité scolaire et se joindra à l’ASSÉ lors de la manifestation nationale du 26 février 2013 pour une éducation libre, accessible, et gratuite.

Le Sommet sur l’enseignement supérieur doit mener à de réels changements
21 février
À quelques jours de la tenue du Sommet sur l’enseignement supérieur, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) tient à rappeler que des partenaires universitaires ont dégagé des consensus et appellent à la mise en œuvre de chantiers avec des objectifs concrets

 

Syndicats étudiants

L’ASSE seule contre tous
Mobilisation modeste pour l’appel à la grève
22 février
Le fossé entre la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), les syndicats, et l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) se creuse alors que cette dernière tente de rallier ses troupes en vue de l’appel à la grève des 25 et 26 février.

Le coporte-parole de l’ASSE ne croit pas en la concertation
20 février
« Nous ne devons pas modifier notre relation avec le gouvernement, notre relation doit être une relation de confrontation », affirme Jérémie Bédard-Wien dans un extrait qui provient d’une vidéo tournée en octobre 2012. Alors secrétaire-trésorier de l’ASSE, le jeune homme animait une série de conférences sur le printemps érable au Canada et en Angleterre. Il y parle entre autres de la stratégie de l’ASSE à l’égard du nouveau gouvernement péquiste, avec lequel, dit-il, la concertation ne mènera nulle part.

 

Le droit de grève des étudiants

La reconnaissance du droit de grève pourra être discutée au Sommet, dit Duchesne
19 février
Québec — La reconnaissance du droit de grève des étudiants pourra être «discutée» la semaine prochaine au Sommet sur l’enseignement supérieur, a indiqué mardi le ministre Pierre Duchesne.

Sommet sur l’enseignement supérieur – Le droit de grève des étudiants sera abordé
20 février 2013
Québec — Au grand dam de l’opposition libérale, le droit de grève des étudiants sera un des sujets abordés lors du Sommet sur l’enseignement supérieur.
C’est ce qu’a confirmé Pauline Marois lors de la période de questions à l’Assemblée nationale. « Il va falloir en parler, de la démocratie étudiante, cela va de soi à mon point de vue », a affirmé la première ministre en réponse à une question du chef intérimaire du Parti libéral, Jean-Marc Fournier.

Bureau-Blouin prône l’encadrement du droit de grève des étudiants
21 février
Le député de Laval-des-Rapides et ex-leader étudiant, Léo Bureau-Blouin, est favorable à l’encadrement du droit de grève des étudiants.
« Chose sûre, avec le statu quo, on est condamnés à revivre [des affrontements] un jour ou l’autre dans les 10, 15, 30 prochaines années. Et c’est pour ça que je pense que tôt ou tard, il va falloir réfléchir », a affirmé Léo Bureau-Blouin à un journaliste qui lui demandait s’il était favorable à l’encadrement du droit de grève des étudiants.

 

Universités

Sylvie Beauchamp au Devoir – Le financement à deux vitesses divise aussi les recteurs
22 février
Il n’y a pas que les étudiants qui se divisent sur la question du financement des universités. Les recteurs aussi. Au sein de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ),…

Encore des inquiétudes par rapport au Sommet sur l’enseignement
21 février
Le Sommet sur l’enseignement supérieur, qui devait permettre un large débat sur l’avenir des universités, suscite plus d’inquiétude que d’enthousiasme.
Dernière voix en lice, le nouveau recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Robert Proulx, s’inquiète de voir que la formule retenue – les intervenants présentent leur position à tour de rôle pendant quelques minutes seulement – laisse peu de place au véritable débat.

Sommet sur l’enseignement supérieur : les attentes de l’UQAM et de la CREPUQ
20 février
Le nouveau recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Robert Proulx, espère que le gouvernement de Pauline Marois profitera du prochain Sommet sur l’enseignement supérieur pour annoncer un réinvestissement dans les universités.
M. Proulx déplore les 13 millions que coûteront à son institution les dernières compressions budgétaires du gouvernement québécois – qui s’élèvent à 125 millions pour l’ensemble du réseau universitaire québécois. Ces compressions s’ajoutent au 19 millions de dollars que lui a coûté le conflit étudiant du printemps dernier.

 

Monde de l’éducation

La lutte des classes à l’envers
18 février
Les toits des écoles primaires coulent, les installations sportives font pitié, mais on ne parle que des universités.
Le vrai terrain de bataille pour l’égalité et la justice sociale, ce devrait pourtant être l’éducation primaire et secondaire. C’est là qu’on gagne et qu’on perd ce combat.

Le blues du secondaire: la motivation au plus bas
22 février
Quelle est la réalité des jeunes d’aujourd’hui? Pour le savoir, la Fédération des établissements d’enseignement privés (FEEP) a sondé plus de 44 000 élèves dans ses écoles secondaires. En répondant à 230 questions, les élèves ont fait part de leur motivation à l’égard de l’école, de leurs habitudes de vie, de leurs loisirs et de leur état d’esprit. Un portrait qui a des similitudes avec ce que vivent les jeunes dans le réseau public, croit la FEEP. 

Bulletin d’information hebdomadaire – 16 février

Bonjour,

nous avons beaucoup de suggestions cette semaine à l’approche du Sommet sur l’éducation supérieure.

Bonne lecture !

Michel Haworth
Conseiller aux communications
SPCMV

 

BIS – Bulletin d’information syndical
Vous aurez reçu dans vos casiers votre copie papier du BIS de février. Vous pouvez trouver la version PDF sur notre site internet.

Page Facebook SPCMV :
N’oubliez pas de regarder régulièrement notre page facebook.

 

Communiqués de presse de la FNEEQ-CSN :

Les enseignantes et les enseignants toujours aussi en colère !
9 février 2013
Réunis à Montréal, les représentantes et les représentants des syndicats de profs de cégep affiliés à la FNEEQ ont une nouvelle fois exprimé leur profonde indignation face au non-respect de l’entente signée de bonne foi prévoyant l’ajout d’enseignantes et d’enseignants afin de permettre un encadrement soutenu des étudiantes et des étudiants pendant les deux sessions intensives données à l’automne 2012.

Monsieur le ministre, une signature, ça se respecte
15 février 2013
À la suite d’une réunion spéciale tenue hier, les représentantes et les représentants des syndicats du Regroupement université, affiliés à la FNEEQ, tiennent à dénoncer vigoureusement la décision du gouvernement de ne pas respecter les ententes 8 et 9 négociées et signées de bonne foi par le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) et la FNEEQ-CSN pour la reprise des cours dans les cégeps touchés par la grève étudiante.

Actualités :

Le sommet de la FEUQ
16 février 2013
Que les recteurs se fassent une raison, c’est avec les étudiants que Duchesne doit s’entendre
Québec — En politique, tout se peut. Prenons François Legault et Amir Khadir : ils formaient un drôle de couple quand ils sont apparus sur la même tribune vendredi, copain-copain, pour dénoncer le projet de minicentrale de Val-Jalbert. Un même sentiment d’irréalité peut nous saisir quand on entend Françoise David et Gerry Sklavounos, l’abrasif critique libéral, employer à quelques minutes d’intervalle la même expression pour dénoncer le gouvernement Marois et le Sommet sur l’éducation supérieure : « Les dés sont pipés. »

Enseignement supérieur au Québec : un débat de société
16 février 2013
Peu après son élection, le gouvernement péquiste a annoncé la tenue d’un sommet sur l’enseignement supérieur. Cette mesure visait à mettre fin à la contestation étudiante et à trouver des consensus sur plusieurs enjeux liés aux études supérieures. L’augmentation des droits de scolarité prévue dans le budget du précédent gouvernement libéral avait en effet déclenché une série de grèves et de manifestations qui ont culminé au printemps 2012. Mais le sommet ira au-delà de la simple question des droits.

Sommet sur l’éducation supérieure – Les recteurs entendent renflouer leurs coffres
16 février 2013
À dix jours du Sommet, les recteurs ont montré leur jeu : ils seront présents au Sommet, mais refuseront de s’associer à une solution qui ne permettra pas de renflouer leurs coffres. Le choix des moyens revient au gouvernement, ont-ils soutenu vendredi lors d’une conférence de presse.

La mission des universités est en péril, affirment les recteurs
15 février 2013
En prévision du Sommet sur l’enseignement supérieur, les recteurs des universités font une sortie en règle contre les compressions budgétaires de 250 millions de dollars sur deux ans que leur impose le gouvernement Marois.

Jacques Parizeau en entrevue au Devoir
15 février 2013
L’entrevue accordée au Devoir par l’ex premier ministre Jacques Parizeau et publiée le 12 février a suscité un vif intérêt. Pour nourrir la réflexion, nous livrons ici le compte-rendu complet de cet entretien portant sur l’enseignement supérieur.

Un an après le printemps – Ce Sommet qui ressemble à une simple opération de relations publiques
Gabriel Nadeau-Dubois – Diplômé en histoire, culture et société à l’UQAM, étudiant en philosophie à l’Université de Montréal et ancien coporte-parole de la CLASSE
14 février 2013
En refusant la gratuité scolaire, le gouvernement Marois ferme volontairement les portes des universités à 27 000 personnes

L’ASSE boycotte le Sommet sur l’enseignement
14 février 2013
L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), qui représente 70 000 étudiants, ne sera pas du Sommet sur l’enseignement supérieur prévu la fin du mois.

L’ASSE choisit de boycotter le Sommet
14 février 2013
«Nous défendrons l’option de la gratuité scolaire et nous tenterons de bloquer l’indexation dans la rue»

Crise étudiante : Bergeron n’écarte pas des enquêtes sur la police
14 février 2013
Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, examine les options qui permettraient d’enquêter sur les opérations policières menées durant la crise étudiante du printemps dernier.

Un vrai droit de grève étudiant?
13 février 2013
La clinique Juripop propose trois scénarios au ministre Duchesne, dont celui d’une convention collective nationale étudiante

Le droit de manifester en cour municipale
11 février 2013
Le droit de manifester dans les rues de Montréal est défendu en cour municipale, lundi, par les avocats de 239 manifestants arrêtés en mars 2011. Les procureurs entendent contester la constitutionnalité de l’article 500.1 du code de la sécurité routière au cours de ce procès qui pourrait influencer d’autres causes à venir.

 

Suggestions de Charles Lemieux, président SPCMV et professeur en T.T.S. :

Sommet sur l’éducation supérieure et gratuité scolaire
Site créé par l’ASSÉ

MOULIN À PAROLES EN MARGE DU SOMMET
Le 25 février prochain, en marge du Sommet sur l’éducation supérieure, du jargon tendancieux des technocrates du management et de la langue phatique des apôtres du consensus mou, nous commémorerons ensemble des décennies, voire des siècles de parole forte, belle, signifiante et subversive. À rebours de la novlangue de l’ « économie du savoir », nous nous ferons, le temps de quelques heures, passeurs et passeuses de mots dans notre langue la plus belle.

Déclaration de la Base face au Sommet
Nous sommes du nombre de ceux et celles qui ont pris part, à notre façon, au débat public ouvert par le Printemps érable. Ce débat a eu lieu tant au sein d’organisations déjà existantes que de collectifs qui ont vu le jour à cette occasion.
          Encore aujourd’hui, nous avons la conviction qu’un tel débat a eu lieu parce que la grève générale illimitée des étudiantes et étudiants et tout le mouvement populaire qui l’a accompagnée ont ouvert et imposé un véritable espace politique de réflexion, de débat et d’action. Un vent d’espoir, de mobilisation et de création a balayé le Québec. De nombreuses expériences d’autonomie et de démocratie ont pu se développer que ce soit dans les assemblées générales étudiantes, les collectifs d’action, les assemblées populaires et autonomes de quartier. Les intelligences citoyennes se sont exprimées et des liens de solidarité se sont tissés à travers le désir d’imaginer l’avenir plutôt que de gérer le présent. Cinquante ans après le rapport Parent, toute une frange de la société s’est réapproprié le projet qui vise à faire société à travers l’éducation.
          Comment traduire la vitalité de ces échanges et la créativité de l’action collective dans un Sommet rendu nécessaire par le mouvement, mais qui ne vise au fond qu’à l’enterrer et à le faire disparaître de nos mémoires? Comment se satisfaire d’un tel ersatz de débat public alors que l’enjeu est complexe et aurait nécessité une autre arène de discussion? Au printemps dernier, nous parlions d’une éducation accessible, publique et de qualité, nous interrogions son rôle et ses fondements. Aujourd’hui le gouvernement ne peut que reprendre le discours du gouvernement précédent et nous abreuver d’un raisonnement comptable qui se réduit à chercher des moyens pour positionner le Québec dans l’économie du savoir.
          Encore une fois, le Parti québécois sort la recette du Sommet pour clore le débat et faire taire la parole citoyenne. Plutôt qu’à un débat public, nous assistons à une entreprise pas très réussie de relations publiques. Comment traduire la générosité, l’audace, l’inventivité, le courage et l’envergure d’analyse du printemps érable dans des colonnes de chiffres et dans une vision affairiste de la gouvernance universitaire? Aujourd’hui, comme l’année dernière, deux visions de l’éducation et de la société se confrontent, mais l’une occupe tout l’espace institutionnel et médiatique alors que l’autre est occultée.
          Nous estimons important de poursuivre nos réflexions et nos mobilisations. Face aux visions marchandes et utilitaristes que soutient le gouvernement,  nous voulons réaffirmer la nécessité d’une vision humaniste et démocratique de l’éducation. Nous voulons aussi maintenir ouverte et même élargir la brèche créée par le Printemps érable dans la confiance aveugle au credo néolibéral. Aujourd’hui, nous devons retourner dans la rue pour défendre notre conception de l’éducation mais aussi pour signifier que maintenant, comme l’année dernière, nous aspirons à une autre façon d’organiser notre vie collective.
          Nous refusons ce retour à la normale

 

Suggestion de Geneviève Tringali, professeure de Lettres :

Coalition priorité éducation
Une pétition pour l’avenir de nos enfants !

 

Sugestions de Martin Jalbert, professeur de Lettres :

ÉDUCATION POUR TOUS ET TOUTES !
RASSEMBLEMENT ET MANIFESTATION
à la Commission scolaire de Montréal
Le MERCREDI 20 FÉVRIER, de 18h30 à  20h30
3737, rue Sherbrooke Est (métro Joliette ou Pie-IX)

Manifestation familiale. Les enfants sont les bienvenu.e.s.
Pour toute question en terme d’accessibilité, contactez-nous.
Amenez vos pancartes et tout ce qui peut faire du bruit!

Appel à  tous ceux et celles qui défendent le droit pour tous les enfants d’accéder À  l’école primaire et secondaire, incluant les enfants sans-papiers, à  démontrer leur appui au principe d’accès à l’éducation pour tous et toutes lors de ce rassemblement.
          Ce rassemblement aura lieu durant l’audience mensuelle de la Commission scolaire de Montréal. Nous organiserons de plus en plus de manifestions et d’actions jusqu’à  ce que les commissions scolaires ainsi que le gouvernement du Québec changent la politique concernant les enfants sans-statut. Merci de vous joindre à  nous, que ce soit pour 30 minutes ou 2 heures, pour exiger l’éducation pour tous et toutes !

CONTEXTE:
À l’heure actuelle, les enfants qui n’ont pas de statut légal d’immigration au Canada ou qui sont nés au Canada de parents sans statut ne peuvent s’inscrire dans les écoles primaires et secondaire du Québec, alors qu’en Ontario, en Californie et au Texas notamment, les enfants sans-statut peuvent accéder à  ces écoles avec plus de flexibilité compte tenu d’une juridiction à cet égard.
          Dans les derniers mois, les groupes activistes de Montréal pour la justice des personnes migrantes entrent en contact avec plusieurs familles sans-statut dont les enfants n’ont pu s’inscrire dans les écoles de Montréal.
          Les Commissions scolaires du Québec, particulièrement à Montréal où habitent la majorité des familles sans-statut, ont le pouvoir discrétionnaire de permettre à ces enfants d’accéder à ces écoles. Ainsi, nous exigeons que toutes les Commissions scolaires de l’île de Montréal utilisent ce pouvoir administratif pour faire tomber toute forme de barrières dans l’accès à l’école de ces enfants. Nous exigeons aussi que le gouvernement du Québec, détenant la responsabilité de l’éducation pour tous et toutes, change les exigences légales d’accès à l’éducation.
           Ce rassemblement s’inscrit dans la lutte du Collectif éducation sans frontières, faisant partie de la campagne Cité sans frontières de Solidarité sans frontières.

DOCUMENTATION:
-> Déclaration collective : L’ÉDUCATION POUR TOUS ET TOUTES !
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/francais-declaration-education-pour-toutes-et-tous
-> Le Collectif éducation sans frontières a produit un feuillet d’information sur la situation des enfants sans-papiers. Le brochure est disponsible ici :
http://www.solidarityacrossborders.org/wp-content/uploads/bulletin-ESF.pdf
-> Lettre ouverte à Pauline Marois, Marie Malavoy et Diane de Courcy (30 janvier 2013)
http://www.solidarityacrossborders.org/wp-content/uploads/LettreOuverteMaroisMalavoyDeCourcy2.pdf
-> Communiqué de presse: Le Collectif éducation sans frontières somme le gouvernement d’agir rapidement (30 janvier 2013)
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/communique-de-presse-le-collectif-education-sans-frontieres-somme-le-gouvernement-d%E2%80%99agir-rapidement
-> Reportage de CUTV : Pas de papiers, pas d’éducation: Une situation alarmante au Québec (5 octobre 2012)
http://cutvmontreal.ca/videos/2270
-> La Presse : La rentrée scolaire? Pas pour tous les enfants (18 septembre)
http://www.solidarityacrossborders.org/en/la-presse-la-rentree-scolaire-pas-pour-tous-les-enfants
-> Communiqué de presse : Le nouveau gouvernement fait sa rentrée, plusieurs centaines d’enfants la manquent (17 septembre 2012)
http://www.solidarityacrossborders.org/fr/francais-communique-de-presse-le-nouveau-gouvernement-fait-sa-rentree-plusieurs-centaines-d%E2%80%99enfants-la-manquent
-> Le Collectif éducation sans frontières a contacté tous les commissaires des commissions scolaires de l’île de Montréal, pour sensibiliser à la situation des enfants sans-papiers qui n’ont pas accès à l’école. Nous avons inclus une lettre à l’un des commissaires ici: http://www.solidarityacrossborders.org/wp-content/uploads/CSDM-Daniel-Duranleau-.pdf

POUR INFO:
www.solidaritesansfrontieres.org
438-933-7654
solidaritesansfrontieres@gmail.com

Financement de l’éducation : des profs déroulent une bannière de protestation
Dans la nuit du 1er au 2 février, un « drop » de bannière a eu lieu au coin du chemin Sainte-Foy et de l’avenue Myrand, sur une bâtisse en construction. Le message : «Privatiser l’éducation un sommet à la fois, non merci!».
          Le message est clair, nous dénonçons les tromperies du gouvernement. Le Sommet sur l’enseignement supérieur est un spectacle pour faire beau. De toute évidence, l’indexation est tatouée sur le flanc droit du ministre Duchesne, qui agit avec mauvaise foi en invitant toutes les parties à participer à son stratagème concertationniste.
          Nous avons le désir d’une éducation gratuite et accessible au sein d’une société libre et éduquée. Ou, au moins, d’un vrai forum où la question pourrait être réellement abordée sans être réglée d’avance à grands coups de mensonges financiers. Ce Sommet a été patenté par manque de courage pour mettre sur pied de vrais états généraux. C’est limpide pour n’importe qui s’y intéresse.
          Détrompez-vous quant à notre identité. Nous ne sommes ni étudiants, ni anarcho-communistes, ni membre de Québec Solidaire, ni aucune autre étiquette qu’on pourrait nous coller. Nous sommes quatre professeurs de trois cégeps de la ville de Québec. Nous enseignons l’économie, les techniques d’orthèses visuelles, la physique et la sociologie. Nous avons des enfants, nous travaillons fort et nous mangeons des céréales comme tout le monde.
          Nous ne sommes pas impliqués dans notre syndicat, car nous espérons un renouvellement de ces vieilles structures. Toutefois, nous profitons de notre « drop » de bannière «Privatiser l’éducation un sommet à la fois, non merci!» pour encourager la FNEEQ-CSN à ne pas participer au Sommet.
http://www.quebechebdo.com/Opinion/Tribune-libre/2013-02-02/article-3169312/Financement-de-leducation-:-des-profs-deroulent-une-banniere-de-protestation/1

CARRÉ ROUGE : Le ras-le-bol du Québec en 153 photos.

Jacques Nadeau, photographe au journal Le Devoir, a publié hier chez Fides un livre mettant en photos le mouvement étudiant. Les photos, qui rendent compte sans censure de la répression policière qui a été déployée pour tenter d’écraser ce vaste mouvement populaire, sont accompagnées de courts textes écrits par différentes personnalités publiques, des étudiant-e-s et des citoyen-ne-s, à propos de ce moment « solaire » de notre histoire, de ce moment où « l’écarlate a éclaté ». (Fred Pellerin)

À la page 158, vous pourrez jouer non pas à « Cherchez Charlie », mais à « Cherchez notre b……… » ! Pour celles et ceux d’entre nous qui y étaient, cela se passait à … Victorialville.

Voici le lien vers les éditions Fides pour les coordonnées du livre, qui est disponible à la Coop du cégep au coût de $24.95. Nous en aurons aussi un exemplaire au syndicat.

http://www.editionsfides.com/fr/product/editions-fides/essais/societe/carre-rouge_515.aspx

Syndicat des professeurs du Collège Marie-Victorin

Facebook Iconfacebook like button